Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog (fourre-tout) de MC

journalisme, photos, rugby, musique et voyages

Nouvelle publication dans le magazine Synchro (oct 08)

Seconde publication pour le magazine de Renault "Synchro" (octobre 2008/n°123). Il s'agit d'un portrait à la fin du magazine.



CARROSSIER AU GRAND CŒUR

RAPHAËL LEGAY EST UN EXPERT EN CARROSSERIE. BOSSEUR, IL A RÉUSSI L’EXAMEN CARTECH. ALTRUISTE, IL EST AUSSI POMPIER VOLONTAIRE.

Texte : Mélanie Chaluleau

C’est l’homme des situations difficiles, celui que l’on appelle dans les moments graves. « Il connaît son métier par coeur », dit de lui David Daguse, son supérieur. En quatre ans au garage La Rochelle Automobile, Raphaël Legay, 23 ans, est passé de simple carrossier à CARTECH. « Aux entretiens de fin d'année, j'ai demandé à évoluer. On m'a proposé de passer cet examen. Je suis parti un mois à Paris et je l'ai eu ! » Raphaël fait maintenant partie de l'élite : ils ne sont que dix à avoir obtenu ce diplôme.

« Voir quelqu'un arriver si haut si rapidement, c’est rare », souligne David Daguse. Mais Raphaël sait ce qu'il veut. « Depuis tout petit, je voulais travailler dans l'automobile. J'allais sur des courses rallyes. Je regardais de plus près les voitures.» En fin de 3ème, il se dirige vers un CAP carrossier qu'il réussit, puis enchaîne avec le BEP et un autre CAP peintre. A la fin de son apprentissage, il est embauché chez La Rochelle Automobile. Raphaël avait un but, « être technicien carrossier » et il l'a atteint.

Dans son travail de CARTECH, Raphaël doit être précis, et à l'écoute du client. Tel un expert, il examine la voiture sous toutes ses coutures pour la réparer au plus vite, «en général, dans la journée. »

Même dans l’urgence, Raphaël ne perd jamais son sang-froid. Personne ne l’a jamais entendu élever la voix, même face à un client irascible. Cette maîtrise de soi, le carrossier la cultive aussi dans son « second métier » : pompier volontaire. « L'année dernière, j'ai sauté le pas. Je suis allé voir le chef de centre et je me suis proposé. Je veux sauver des vies. » Pour l'instant, Raphaël reste derrière la radio, en attendant de passer les examens qui lui permettront d’intervenir sur le terrain. Lentement mais sûrement, il gravit les échelons et étonne son entourage par sa pugnacité.

Aujourd’hui, il veut encore s'améliorer avant pourquoi pas devenir un jour son propre patron. Ce dont ne doute pas David Daguse : « Il ne va pas s'arrêter là. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article